Menu

François MITTERRAND, le temps du politique et celui de l’élection

mitterand-hollande-echo-des-arenes

François Mitterrand est né il y a 100 ans, à Jarnac, au cœur de cette Saintonge dont je partage les racines. C’est cette longue proximité qui m’autorise à évoquer sa mémoire.

Ce partage de valeurs et de culture ne m’a pas, pour autant, conduit vers celui de sa pensée et de son action politique. Je me suis limité à l’observation et au commentaire, non partisan,  de sa démarche, comme le fait cette chronique.

Le socialisme de F. MITTERRAND est né au congrès d’Epinay (où j’habitais) en 1971. Pour le construire il y a mis sa « patte » de grand architecte politique. Né dans une famille de commerçants vinaigriers, catholiques et peu fortunés, aux enfants  très cultivés, il a vécu son enfance face aux riches négociants du Cognac, protestants, proches de la grande bourgeoisie de droite,  rejetée par la gauche radicale.

La maturité politique venue, il a voulu  donner au PS , la mission  d’éloigner cette droite – le Château  du pouvoir d’État, le plus durablement possible, en faisant revivre la gauche – la mairie – issue du radical socialisme laïque incrusté en Saintonge par le petit Père COMBES. Né dans un  pays où la viticulture, exige du temps, comme toute  action politique durable,  il a su « donner du temps au temps ».

Il a réussi à endosser les habits d’un grand président, par sa dimension personnelle, en prenant le  temps – 1965/1981 – de se donner la longévité record de son pouvoir républicain – 1981/1995. Ceux qui l’ont accompagné témoignent à juste titre de cette réussite. Il voulait remettre le peuple de gauche au pouvoir d’État, après 23 ans d’absence,  sans déchirer la France. Il l’a fait, sans avoir le temps, entre 1988 et 1995, du fait de sa maladie, d’installer des successeurs dignes de son œuvre.

Candidat 4 fois, il a gagné 2 élections en sacrifiant aux rites des campagnes qui précédent les scrutins. Les politologues ont attribué ses victoires à une loi qui ressemble à une recette de cuisine électorale.

On est sur de son élection  dans  une compétition à trois, face à deux opposants  éligibles, qui se détestent, dont l’un des 2 préférera toujours vous voir élu que le troisième. Surtout si les candidats non admis à gouverner l’État, stérilisent une partie très large des suffrages, en exacerbant les haines.

 

mitterand-hollande-echo-des-arenesElle devient la référence au moment où la France vit une fin de présidence déconsidérée, avec un  quasi proscrit,  préjugé incapable de maintenir au pouvoir  sa Gauche qui le laisse tomber. Ce  successeur en socialisme gouvernemental, François HOLLANDE, pris par l’urgence,  mélange la leçon sur le temps, et  la recette de cuisine électorale. Apparatchik du PS, l’homme est un joueur de scrutins, comme d’autres le sont avec leur clarinette ou leur badminton. Il y est excellent. Vous allez le voir à l’œuvre contre ses adversaires,  les champions de la campagne électorale,  sport différent, pratiqué par les élèves de son  ami Jacques  CHIRAC, recruté en 2012, pour la détestation qu’il vouait à N. SARKOZY.

Après son élection, dans une chronique sur le déroulement prévisible de son quinquennat, j’ai attiré son attention sur les disputes violentes à venir avec son entourage féminin, puis sur le mouvement de frondeurs qui suivrait, confirmant qu’à la fin,  il serait réélu par la loi de Mitterrand. Je n’ai pas changé d’avis. Les scènes de ménages et la fronde sont passées. Attendons l’élection ! Au bord  du trou béant.

L’homme normal, dépassé,  asphyxié par l’air raréfié à une altitude excessive pour ses moyens, a tout fait pour contrarier mon pronostic, mais ses adversaires, ennemis ou amis, qui surfent sur les 96 % de mécontents, s’acharnent à le sauver, grâce à cette loi-recette.  Si désespéré apparaisse son cas.

Ce Président en perdition a compris. Il a profité d’être au fond des sondages pour laisser ses opposants de gauche se découvrir. C’est fait, ils sont deux,  déterminés, aux crocs acérés. Pour ceux de droite, les sondeurs les désignent. Ils  se bagarrent depuis des décennies. Il va consacrer son temps politique  à  l’organisation, des détestations mutuelles de ces 2 couples infernaux, afin de survivre, grâce à la loi-recette du scrutin, après leur massacre.  L’artiste entre en scène, l’Écho des Arènes commentera le spectacle.

Logo L Echo des Arenes

No comments

Laisser un commentaire

Mondialisation de l’économie du Football

Vincent CHAUDEL – Vice président de Sport et Citoyenneté présente une chronique vidéo démontrant que le football incarne et illustre un monde globalisé, globalisant.

Nous vivons là, une réelle mutation sociétale de l’économie du Football mondial notamment avec l’internationalisation des propriétaires de clubs …


Partenaires

Institut Présaje
Editions Prémices
Forum Changer d'ère
Observatoire du Sport Business